Article du Secrétaire d’État aux Affaires étrangères chargé de la Diplomatie économique et de l’Extraversion, M. Fragogiannis, dans le journal « Naftemporiki » (11.01.2022)

[unable to retrieve full-text content]

Au début d’une nouvelle année, où l’on s’attend à ce que la pandémie continue de poser un défi à la planète entière, la politique étrangère du pays suit de manière cohérente et continue la voie dynamique qu’elle a tracée au cours de l’année difficile pour le monde entier de 2021.Fidèles à notre stratégie d’intensification des contacts avec nos partenaires de l’axe Balkans-Moyen-Orient-Golfe persique, nous nous rendrons dans moins d’un mois avec un grand groupe d’entreprises grecques dans la capitale saoudienne, Riyad, afin de faciliter les partenariats commerciaux et de créer des opportunités d’investissement.Il s’agit d’un voyage ciblé, que nous avons planifié depuis longtemps au ministère des Affaires étrangères, sous la supervision organisationnelle du Secrétariat général des Relations économiques internationales et du bras exécutif du ministère pour les questions d’extraversion, Enterprise Greece, avec l’aide et la participation précieuses de la Fédération des Entreprises de Grèce (SEV) et de la Chambre de commerce et d’industrie d’Athènes (EVEA).Après les visites successives du Premier ministre, que j’ai eu l’honneur d’accompagner, et du ministre des Affaires étrangères à Riyad, et parallèlement aux visites respectives de responsables saoudiens, dont la dernière en date est celle du ministre de l’Investissement Khalid Al Falih dans notre pays, les contacts bilatéraux sont désormais à un stade avancé et les conditions sont réunies pour la promotion et l’approfondissement des relations politiques et commerciales entre les deux pays.Au cours de notre séjour de deux jours à Riyad, des réunions d’affaires B2B d’une journée entière sont prévues, ainsi qu’une série de réunions de travail avec les ministres de l’Investissement, du Commerce, des Affaires étrangères, de l’Energie, de la Culture, du Tourisme et le Directeur du Fonds d’investissement public du Royaume d’Arabie saoudite.En particulier, les discussions porteront principalement sur :(a) la promotion de la coopération énergétique en attirant des investissements de l’Arabie saoudite vers la Grèce dans les domaines de l’énergie verte et des sources d’énergie renouvelables, dans le but de faciliter la transition énergétique de notre pays. Dans ce contexte, des pourparlers bilatéraux sont en cours et pourraient même déboucher sur une coopération bilatérale dans le développement et l’exploitation des technologies de l’hydrogène vert (produit par électrolyse de l’eau à partir d’énergies renouvelables) et de l’hydrogène bleu (produit par traitement du méthane).(b) la coopération dans le secteur du tourisme, d’une part en attirant des investissements dans des projets matures dans notre pays et d’autre part en associant des entreprises grecques aux programmes de développement touristique de l’Arabie saoudite, comme le prévoit le programme phare Vision 2030. À l’ordre du jour des discussions figurent également l’échange de savoir-faire et l’exploration des possibilités d’exploiter les périodes touristiques complémentaires des deux pays.(c) la connectivité numérique, dans la mesure où une coopération plus renforcée entre les deux pays sera étudiée dans le cadre du projet phare d’interconnexion numérique de l’Asie du Sud-Est et de l’Europe (South-East Asia – Middle East – Western Europe 3 – Sea-Me-We3 / SMW3)  avec un câble optique sous-marin à grande vitesse et à haute capacité reliant 39 stations (cable landing stations)  dans 33 pays. Il est évident qu’avec ce projet, la Grèce devient un centre numérique régional et une porte d’entrée vers les Balkans et l’Europe de l’Est.En outre, l’ordre du jour des entretiens comprendra la coopération dans le secteur agricole, qui pourrait constituer un pôle d’attraction pour des investissements qui serviraient la sécurité alimentaire de l’Arabie saoudite, des synergies dans les domaines de la technologie et de l’innovation et, bien sûr, la coopération maritime, qui est cruciale pour la coopération énergétique et touristique entre les deux pays ainsi que pour le développement de nos flux commerciaux.En outre, au cours de notre séjour à Riyad, le Conseil d’affaires Grèce-Arabie saoudite, récemment créé, se réunira pour la première fois. Cet outil a été mis au point précisément pour faciliter la coopération économique entre les deux pays, ce qui constitue une indication supplémentaire de la volonté politique et de l’élan en faveur de l’approfondissement de cette coopération économique. En outre, lors des contacts avec les ministres compétents et les responsables des institutions du pays ami, les questions relatives au développement d’instruments financiers appropriés pour faciliter les flux d’investissement dans des secteurs ciblés d’intérêt commun seront examinées.Avec notre présence à Riyad, nous aspirons non seulement à attirer des investissements, mais aussi à créer les conditions permettant aux entreprises grecques d’opérer dans une économie dynamique et en pleine croissance comme l’Arabie saoudite. La Grèce peut être une plaque tournante pour le transport de l’énergie du Golfe vers l’Europe et un pont entre le monde arabe et le continent européen.Tel sera également notre message lors de la prochaine mission à Riyad, qui, nous l’espérons, jettera les bases d’une réunion interministérielle constructive prévue à Athènes en mai 2022.

Related Post