Attackers Kill 88 People in Northwest Nigeria

Attackers killed 88 people in Nigeria’s Kebbi state on Thursday, spurring its governor to pledge a bigger deployment of security forces on Sunday as insecurity spreads largely unchecked through the country’s northwest.
Perpetrators swept through eight villages, killing people and sending residents fleeing, police said, giving a death toll of 88. Details began to emerge on Saturday.
A spokesperson for Kebbi Governor Abubakar Bagudu said on Sunday the attackers had come from neighboring Niger and Zamfara states, rustling cattle and destroying crops.
Gunmen have ramped up attacks on the region’s communities in recent years, forcing thousands to flee across Nigeria’s northern border to Niger. The attackers have become globally notorious because of mass kidnappings at schools, with more than 800 students abducted since December.
The rampant violence has spawned a humanitarian crisis, international aid group Medecins Sans Frontieres said on Thursday.
On Sunday, the governor promised financial aid, and “requested communities in the area to be tolerant, accommodating, friendly and peaceful,” his spokesperson said in a statement.

Source: Voice of America

Malawi Moves to Allow Hijabs in All Schools

Malawi is taking steps to start allowing Muslim students to wear the hijab, or headscarf, in all educational institutions. The controversial issue has forced some schools to close in the predominantly Christian country.

The issue of wearing the hijab has long been a point of contention in Malawi, especially in Christian-run schools where female Muslim students have not been allowed to cover their heads in class.
The controversy reached its peak in October when suspected angry Muslims in eastern Malawi torched the office of a Catholic primary school head teacher who had turned away pupils wearing the garment.
The standoff forced several Christian primary schools in the Muslim-dominated region to close.
As a result, the Ministry of Education requested that the quasi-religious Public Affairs Committee, or PAC, help resolve the matter.
Gilford Matonga, a spokesperson for the PAC, says a compromise had to be reached.

“One of the recommendations is that the Islamic girl child is allowed to wear the hijab that matches the school uniform wherever they are going to school. On the other side is that no girl child shall be forced to put on the hijab if they wish not to put on [the hijab],” Matonga said.

Abdul-Salaam Faduweck is the spokesperson for the Hijab Task Force, a branch of the Muslim Association of Malawi, which has been lobbying for the scarves to be worn in all schools nationwide.

He said the task force has welcomed the PAC’s recommendation with the expectation that the school uniforms will be in line with a complete hijab.

“We need the uniform to be according to the understanding of the meaning of hijab itself. If it is a skirt it has to be a long skirt, it has to be loose not tight. If it is a blouse it has to be with a long sleeve and not very tight. And the learner has to cover the head with a scarf. That is a complete hijab,” Faduweck said.

Imran Sheriff, a lecturer in religious studies at the University of Malawi, said the recommendation is partly impractical, especially since the headscarf is also regarded as part of the school uniform in Muslim schools.
“The putting on a hijab is based on religion and putting on school uniform is based on school regulations in order that the students should look equal. So, if it is an Islamic institution, if the hijab is part of the uniform, then everybody will be obliged [to put on a headscarf],” Sheriff said.
Michael Kaiyatsa, executive director for the Center for Human Rights and Rehabilitation in Malawi, said now is the time for Malawi to allow all religious symbols into class to promote religious coexistence.
“It shouldn’t be Muslims or a particular religion. If we allow, then it should be across the board. If people are allowed to come to schools with rosaries around their necks, then why shouldn’t we allow other religions to do the same?” Kaiyatsa asked.

The PAC’s Matonga said the organization is expected to present the recommendations to the education officials next week for their input.
Education authorities told VOA they could not comment on the matter now because they have yet to receive the recommendations.

Source: Voice of America

More Than 160 Killed in Deadliest Attack of Burkina Faso’s War

The government of Burkina Faso has declared three days of mourning following an attack that left at least 160 people dead late last week in the northern village of Solhan.

The International Committee for the Red Cross, noting that local hospitals are overwhelmed, said it responded Sunday morning to a request for medical supplies in Dori, a town in northern Burkina Faso.

“Upon requests for support by the health authorities in Dori, we sent half a ton of medical support, mainly dressings, medication, sets of plaster, syringes, and anesthetic, was really important to be sent with no delay,” Laurent Saugy, the head of the Burkina Faso delegation of the International Committee for the Red Cross, told VOA.

The attack happened overnight Friday on the village of Solhan, located in Yagha province, near the border with Niger, in the country’s Sahel region.

The extent of the carnage is not known because the number of dead and injured continues to rise. No group has claimed responsibility for the attack, although analysts say it could be the work of the Islamic State in the Greater Sahara.

The attack is the deadliest since the conflict between Burkina Faso and armed groups linked to al-Qaida and the Islamic State group began in 2015. This weekend’s violence follows a period of relative calm.

Between March 2020 and April 2021, the number of attacks in Burkina Faso fell dramatically. Since the beginning of April, seven major attacks have come in quick succession.

On May 17, Burkina Faso’s foreign minister, Cherif Sy, visited Sebba, the nearest town to Solhan. He said the situation in Sebba was favorable and that peace had returned to the area.

Mahamadou Sawadogo, a Burkinabe security analyst and former military police officer, told VOA that this attack could be seen as a show of force, a demonstration of power by armed terrorist groups. He said that they have shown they control the province of Yagha and particularly the area of Solhan, which they have been trying to conquer since 2020.

Solhan is the site of an informal gold mine that terror groups frequently exploit for funding.

The military in Burkina Faso is under-resourced and is finding it impossible to provide security in all regions of the country despite assistance from French and U.S. troops.

Aside from the number of people killed, the humanitarian aftermath could also be significant. There are already 1.2 million displaced people in the country.

“Beyond the sheer death toll, there are other counts to keep,” Marine Olivesi, advocacy manager for the Norwegian Refugee Council in Ouagadougou, told VOA.

“How many families are going to be forced into displacement as a result of these attacks? For how many weeks, months, years? And, on top of that, there are things you can’t quantify that are just as daunting: the trauma for the children there, the fear of not knowing where to go to keep them safe, the stress of not having a place to sleep or enough to eat,” she added.

Apart from a statement on Twitter, the president, Roch Kabore, has yet to speak publicly about the attack.

“I honor the memory of the hundred civilians killed in this barbaric attack and send my condolences to the families of the victims,” Kabore wrote on Twitter, announced a national mourning beginning at midnight.
A United Nations spokesperson said Secretary-General Antonio Guterres voiced outrage over the killings. The spokesperson cited Guterres as saying the incident “underscores the urgent need for the international community to redouble support to Member States in the fight against violent extremism and its unacceptable human toll.”

Source: Voice of America

Huawei : Accélérer la numérisation financière, créer ensemble une nouvelle valeur

SHANGHAI, 5 juin 2021 /PRNewswire/ — C’était aujourd’hui le premier jour du sommet Huawei Intelligent Finance Summit 2021, qui se tient à Shanghai sous le thème « Accélérer la numérisation financière, créer une nouvelle valeur ensemble ». L’événement de deux jours a attiré plus de 3 000 clients, partenaires, experts et médias du secteur financier mondial. Huawei a expliqué comment les institutions financières peuvent utiliser la technologie pour améliorer l’industrie et la gamme de services proposés en construisant un écosystème agile et intelligent, et finalement se transformer en éco-entreprises numériques. Huawei a présenté trois initiatives stratégiques pour son travail dans le secteur financier : adopter pleinement la technologie cloud-native, diversifier et améliorer les cas d’utilisation au sein de l’industrie et agréger différents produits SaaS pour aider les institutions financières à devenir de meilleures entreprises numériques.

Le secteur financier doit s’adapter et accélérer le rythme de la transformation

Peng Zhongyang, membre du conseil d’administration, président du Business Group Entreprise, Huawei, a souligné dans son discours d’ouverture qu’au fur et à mesure que les industries se mettront à niveau et convergeront, le secteur des services financiers se transformera afin que ses opérations soient fondées sur le cloud grâce à un écosystème d’appareils plus connectés, conçu pour tous les scénarios. Il a ajouté que Huawei collabore actuellement avec ses clients et partenaires pour leur permettre de devenir des entreprises plus durables et résilientes, basées sur un écosystème numérique, grâce à la co-création de technologies et de scénarios, grâce également à la durabilité.

Mr. Peng Zhongyang

Dans le discours liminaire sur la reprise économique, intitulé « Global Economic Recovery:Certainty and Uncertainty », le Dr Fan Gang, professeur d’économie à l’Université de Pékin et vice-président de la China Society of Economic Reform, a déclaré : « La pandémie mondiale est loin d’être terminée. L’économie numérique joue un rôle fondamental dans la reprise économique. La composante la plus importante de ce secteur d’activité n’est toutefois pas la production d’équipement numérique ni la technologie numérique elle-même, mais la mise en œuvre de nouvelles technologies de l’information pour transformer diverses industries. La finance numérique est le moteur du développement de l’économie numérique. Il est donc nécessaire d’accélérer l’innovation en matière de technologie financière car les technologies financières joueront un rôle de premier plan dans la modernisation de la transformation numérique de milliers d’industries. »

Cao Tong, président de HDFH et premier président de WeBank ; Hou Weirong, directeur général, département des services bancaires transactionnels, China Merchants Bank ; Chen Kunte, responsable de la transformation numérique de l’unité commerciale des services financiers internationaux, Enterprise BG, Huawei, et Ye Tan, une célèbre commentatrice du secteur financier, se sont joints au panel s’intéressant au thème de la transformation financière intelligente.

« Le monde traverse une révolution numérique qui est étroitement liée à la finance et qui nous touche tous. Les banques traditionnelles établissent de nouvelles frontières. J’ai hâte de voir le jour où les banquiers et les experts en technologie pourront personnaliser les ensembles d’actifs pour les utilisateurs en fonction de leur âge, de leur patrimoine et de leur structure familiale », a déclaré Ye Tan.

Huawei annonce trois initiatives stratégiques pour faire des institutions financières de meilleures entreprises basées sur l’écosystème numérique

Huawei a annoncé trois initiatives stratégiques qu’elle développerait dans le secteur financier pour aider les institutions financières à devenir de meilleures entreprises basées sur l’écosystème numérique. Ces initiatives étaient les suivantes :

(1) Encourager les institutions à adopter pleinement les technologies innovantes et cloud-natives qui fournissent une infrastructure optimale pour accélérer la convergence numérique et intelligente et créer une plateforme agile.

Huawei Launches the Financial Partner Go Global Program (FPGGP)

(2) Renforcer la numérisation dans tous les scénarios de l’industrie pour améliorer le transfert de données sûr et sécurisé, libérer la valeur potentielle des mégadonnées et renforcer l’inclusion financière.

(3) Agréger différents produits SaaS pour construire un écosystème ouvert pour tous les scénarios et permettre des services financiers basés sur des scénarios.

Jason Cao, président de l’unité commerciale des services financiers internationaux chez Enterprise BG, Huawei, a déclaré dans son discours : « Huawei travaille avec le secteur financier mondial depuis 10 ans et est devenu un partenaire important dans la transformation numérique de l’industrie. Huawei continuera de travailler avec ce secteur pour stimuler le cloud computing afin que les institutions financières bénéficient d’un écosystème numérique moderne et dynamique, qui peut être continuellement mis à jour et développé, utilisant les dernières innovations. L’objectif de Huawei est d’aider les institutions financières à devenir de meilleures entreprises, basées sur un écosystème numérique, et à développer avec ses institutions une finance entièrement connectée, intelligente et basée cet écosystème ».

Shi Jilin, vice-présidente de HUAWEI CLOUD BU et directrice du service des ventes et des opérations marketing mondiales, a déclaré dans son discours liminaire que le secteur financier avait toujours été à la pointe de la transformation numérique et qu’il en était à l’étape du développement de la finance numérique, passant d’un mode de scène unique à un mode multi-scénario.

Elle a déclaré : « Huawei et le secteur financier se développent ensemble pour construire des solutions FinTech multifonctionnelles et intelligentes. Nous avons présenté quatre propositions : premièrement, adopter pleinement la cloudification, résoudre les problèmes fondamentaux de l’accès au cloud d’entreprise et guider la transformation numérique sur la bonne voie ; deuxièmement, créer une connexion intelligente à scénario complet, créer ‘finance+X’ pour servir toutes sortes d’industries ; troisièmement, pour une collecte optimale des données, faire entrer l’IA dans le système de production de base de la finance et dans les principaux processus opérationnels ; quatrièmement, construire un écosystème financier autour de scénarios et créer une industrie financière écologique. »

Réaliser une nouvelle valeur dans le secteur financier avec les clients des services bancaires mondiaux pour bâtir ensemble un nouvel avenir financier

Lors de la réunion qui s’est tenue aujourd’hui, plusieurs dirigeants du secteur bancaire ont partagé leurs histoires et leurs réalisations dans le domaine de la transformation numérique des entreprises financières chinoises.

Huawei a travaillé en étroite collaboration avec DBS Bank afin que leur transformation numérique réponde à leurs besoins qui évoluent. En 2020, DBS a décerné à Huawei le prix 2020 du meilleur partenaire technologique parmi une sélection de 64 autres fournisseurs mondiaux de technologies.

Tan Choon Boon, responsable de l’ingénierie et des services cloud chez DBS Singapore, a déclaré : « DBS a élaboré une stratégie axée sur cinq éléments clés de la transformation numérique : favoriser un changement organisationnel complet, y compris des organisations axées sur la réussite des entreprises ; passer des projets aux plateformes ; intégrer la conception de systèmes modernes ; créer des équipes dont les mots d’ordre seront l’excellence et l’adaptabilité ; et procéder à une automatisation complète. À l’avenir, les deux parties continueront de renforcer la coopération dans le cloud, l’intelligence artificielle et l’IoT. Nous travaillons en étroite collaboration avec Huawei pour répondre aux besoins changeants de la banque et pour favoriser la transformation numérique. »

Le secteur financier varie considérablement d’une région à l’autre dans le monde. Particuliers ou petites et moyennes entreprises, nombreux sont ceux qui n’ont pas accès aux services financiers de base. Les institutions financières de nombreux pays ont pris des mesures rapides pour construire des plateformes numériques, comme les portefeuilles mobiles et les paiements mobiles, avec des partenaires tels que Huawei. Ces plateformes sont utilisées pour construire un écosystème de type « super-app », comme la banque kenyanne NCBA (NCBA Bank Kenya Plc), afin d’aider ces institutions financières à réaliser des progrès significatifs dans l’amélioration de leurs offres de services. Ajout du discours liminaire1 au discours du client.

Lors du sommet, Sitoyo Lopokoiyit, PDG de la société M-PESA (M pour « mobile » et « pesa » pour argent en swahili), fondée au Kenya, a déclaré : « Nous avons vu le pouvoir de M-PESA et du transfert d’argent par téléphone mobile en Afrique et leur capacité à transformer la façon dont nous pouvons avoir un impact concret sur la société. Actuellement, plus de 350 000 entreprises et plus de 5 millions de micro-PME font appel à nos services. Nous avons en outre 58 millions de clients qui utilisent nos divers produits et services. Notre technologie et nos partenaires, comme Huawei, jouent un rôle clé pour veiller à ce que notre architecture technologique réponde aux besoins de nos entreprises et de nos clients. »

Huawei lance le programme Financial Partner Go Global (FPGGP)

Au cours du sommet, Huawei a annoncé le lancement officiel du programme de partenariat financier Financial Partner Go Global Program (FPGGP). L’entreprise travaillera avec des partenaires du secteur des services financiers pour tirer parti de l’expérience approfondie de Huawei et de ses capacités d’innovation technologique dans le domaine de la transformation numérique financière.

Le FPGGP initial compte 25 membres, dont sept au conseil d’administration de Huawei, Sunline, Tongdun Technology, Netis, Wallyt, Sinosoft et Chinasoft International.

La vision de Huawei est de construire un écosystème ouvert à usages multiples et de permettre aux institutions financières mondiales de servir les utilisateurs de diverses industries. Au cours du sommet, Huawei explore d’autres accords de coopération avec des institutions financières telles que Temenos, et prévoit le lancement de 15 solutions conjointes, couvrant un ensemble diversifié de cas d’utilisation.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site suivant :https://e.huawei.com/topic/2021-event-fsi-summit/en/index.html

Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1525302/1.jpg

Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1525305/2.jpg