Commune urbaine de Muha; Rentrée scolaire 2015-2016 au primaire – Pas de défis majeurs sauf les effectifs pléthoriques _

L’année scolaire 2015-2016 a débuté le lundi 21 septembre 2015 dans toutes les écoles publiques du Burundi. En commune urbaine de Muha de la mairie de Bujumbura, cette année scolaire commence sans défis majeurs dans certaines écoles. Un seul défi semble être le même partout dans cette commune, à savoir les effectifs très élevés d’écoliers. C’est le cas de l’école primaire Kibenga près du centre suédois et de l’école fondamentale de Kanyosha I.
A notre passage vers 9h30, les enseignants étaient en train de procéder aux différentes instructions en rapport avec le matériel scolaire à l’école primaire de Kibenga. Ils n’avaient pas encore commencé à enseigner. Les écoliers sont nombreux par rapport à l’année scolaire qui vient de s’écouler, a-t-on appris sur place, surtout dans les premières années.
A l’école fondamentale Kanyosha I, la directrice adjointe, Marie Munyankindi a fait savoir que les écoliers et les enseignants ont répondu présents au rendez-vous. Là aussi, a-t-elle indiqué, les effectifs dépassent la capacité de l’école car pendant les vacances on n’a pas construit d’autres salles de classe consécutivement à la situation sécuritaire que traversait la mairie de Bujumbura. Un autre défi qui n’est pas des moindres, c’est la carence des bancs pupitres due aux effectifs qui ne cessent de monter sans que la redistribution de nouveaux bancs suive.
S’agissant des enseignements proprement dits, Mme Munyankindi a dit que, généralement, le 1er jour est consacré aux travaux de propreté et que certains écoliers n’ont pas encore de place, d’autres ne se sont pas retrouvés sur les listes et se précipitent vers la direction pour régler leur situation. C’est pourquoi au 1er jour, il y a dans la cour de l’école, les élèves et les parents, d’où il n’est pas facile d’enseigner.

La sécurité, une des préoccupations des parents

Un des parents rencontré à l’école primaire de Musaga I a confié à notre rédaction qu’une de ses préoccupations est en rapport avec la sécurité dans leur quartier et dans les environs de l’école. Pour lui, les corps de défense et de sécurité doivent veiller à la sécurité des écoles et de leurs environs pour garantir un climat rassurant afin de permettre à leurs enfants d’apprendre avec sérénité.
A cette école, les élèves étaient en train de jouer dans la cour. Apparemment il n’y avait pas d’enseignements. Certains écoliers un peu âgés faisaient le nettoyage de leurs salles de cours. Les autres faisaient la queue devant la direction pour vérifier leur régularité. Là aussi, certains parents avaient accompagné leurs enfants, pour vérifier si leurs enfants figuraient sur la liste surtout les enfants qui commencent la 1ère année primaire, a pour chercher des places pour les leurs qui voulaient changer d’école à la suite de l’une ou l’autre raison, a-t-on appris sur place.
A certaines écoles primaires que la rédaction du quotidien d’informations Le Renouveau du Burundi a pu visiter le lundi 21 septembre 2015, le cycle de l’école fondamentale est déjà au complet, d’autres ouvrent le 4e cycle, rappelle-t-on.
AMEDEE HABIMANA