Plus de 500 participants se réunissent en Côte d’Ivoire afin de se focaliser sur la question du développement durable lors de la Rencontre de partenariats de la World Cocoa Foundation

Annonce d’un nouveau financement de 12 millions $ en faveur des programmes de soutien aux exploitants agricoles ; Appel à l’action face à la menace régionale que représente le virus du swollen shoot du cacao

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, 1 novembre 2016 /PRNewswire/ — La World Cocoa Foundation (WCF), en collaboration avec le Conseil du Café-Cacao, a organisé la  semaine dernière sa Rencontre annuelle de partenariats à Abidjan, en Côte d’Ivoire, premier producteur de cacao au monde. Plus de 500 représentants issus du secteur international du chocolat et du cacao, parmi lesquels des exploitants agricoles, des groupes de donateurs internationaux, des organisations de la société civile, ainsi que d’autres pays producteurs majeurs de cacao tels que le Cameroun, la Colombie, l’Équateur, le Ghana et le Nigeria, se sont réunis pour aborder les problématiques critiques en matière de développement durable auxquelles est confronté le secteur du cacao. Parmi les conférenciers invités figuraient le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan, la Première dame Dominique Ouattara, ainsi que Richard Scobey, récemment désigné président de la WCF.

Parmi les remarques ayant été formulées à l’ouverture de la rencontre, le Premier ministre Duncan a souligné les quatre défis clés en matière de développement durable pour le secteur, à savoir l’amélioration de la productivité du cacao, la réduction des effets du changement climatique et la lutte contre la déforestation, l’amélioration des revenus des exploitants agricoles et le renforcement du traitement à valeur ajoutée du cacao avant qu’il ne quitte les côtes ivoiriennes.

D’après Scobey, « Il a été particulièrement enthousiasmant de constater l’alignement et l’engagement croissants de tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement du cacao concernant les différentes problématiques que constituent les moyens d’existence durables, la déforestation, l’autonomisation des femmes, et la protection des enfants au sein des communautés productrices de cacao. Sur certaines questions, telles que la protection des enfants et l’autonomisation des femmes, nous faisons preuve d’une bonne compréhension des besoins, tandis que dans d’autres domaines, tels que la déforestation et les moyens d’existence durables, il nous faut déployer davantage d’efforts afin de mieux comprendre le contexte et essayer ensuite différentes solutions. »

La Première dame ivoirienne Dominique Ouattara a adressé de front la question de la protection des enfants contre toute forme de travail illégal. Elle a salué les efforts du secteur visant à bâtir et à fournir des équipements en faveur de dizaines d’écoles réparties dans les communautés productrices de cacao. Elle a également annoncé plusieurs projets du gouvernement ivoirien visant à bâtir plus de 4 500 salles de classe et 37 écoles secondaires dans les régions productrices de cacao, ainsi qu’à accroître la coopération transfrontalière autour de la question du travail des enfants auprès des pays voisins d’Afrique de l’Ouest.

Par opposition aux rencontres des années précédentes, les discussions menées à Abidjan ont révélé un niveau croissant de confiance et d’engagement en faveur de la coopération entre les différentes parties prenantes de la chaîne d’approvisionnement. CocoaAction, stratégie volontaire de développement durable du secteur, a été citée en tant que cadre solide en faveur de l’accélération de la coopération entre le secteur du chocolat et du cacao et les gouvernements, les donateurs, et autres acteurs. Les premiers résultats de CocoaAction, qui a été lancée il y a deux ans, ont été présentés par plus d’une dizaine d’intervenants issus de groupes d’exploitants agricoles, d’organismes certifiés, de donateurs, de la société civile, des gouvernements, et du secteur. Parallèlement aux discussions, la WCF a publié le tout premier rapport annuel de CocoaAction, qui traite des avancées de la stratégie jusqu’en 2015. Un deuxième rapport sera publié en 2017.

Lors de la Rencontre de partenariats, la WCF et le programme « Feed the Future » de l’Agence américaine pour le développement international ont annoncé le lancement de l’« African Cocoa Initiative II », effort d’une durée de cinq ans et d’une valeur de 12 millions $ visant à accroître la production de matériel végétal de cacao de qualité et à fournir des services aux cacaoculteurs du Cameroun, de Côte d’Ivoire, du Ghana, et du Nigeria. La WCF a également convié plusieurs scientifiques régionaux spécialisés dans l’étude du cacao ainsi que plusieurs agences gouvernementales réglementant le cacao, afin d’aborder l’impact croissant du virus du swollen shoot du cacao (CSSV), maladie fatale pour les cacaoyers, qui a été détectée pour la première fois au Ghana dans les années 1930, et qui menace désormais les cultures de la région d’Afrique de l’Ouest. Les participants ont largement convenu qu’un plan d’action régional était nécessaire d’urgence afin de contrôler la propagation du CSSV.

Scobey a déclaré à propos des discussions de la semaine : « Nous avons constaté une forte adhésion à une vision partagée en faveur d’un avenir inclusif du cacao, dans le cadre duquel l’accent est placé sur les moyens d’existence durables des exploitants agricoles, sur une planète mieux préservée, ainsi que sur des activités prospères, à l’échelle de l’exploitation agricole jusqu’au fabricant de chocolat, qui crée des emplois et de la valeur. » La rencontre a souligné l’importance de l’innovation, et a présenté plusieurs nouveaux produits, services et technologies qui appuient la transformation de la chaîne d’approvisionnement du cacao. La WCF a également annoncé plusieurs engagements spécifiques visant à renforcer les partenariats entre les organisations de la société civile, les organisations financières internationales, et les gouvernements des pays producteurs de cacao.

Pour en savoir plus sur la World Cocoa Foundation, rendez-vous sur www.worldcocoafoundation.org.

À propos de la World Cocoa Foundation
La World Cocoa Foundation (WCF) est une association de membres internationale qui promeut le développement durable dans le secteur du cacao. La WCF fournit aux cacaoculteurs le soutien dont ils ont besoin pour cultiver un cacao de meilleure qualité, tout en renforçant socialement et économiquement leurs communautés. Les membres de la WCF comprennent des fabricants de cacao et de chocolat, des transformateurs, des gestionnaires de chaînes logistiques, ainsi que d’autres sociétés à travers le monde, représentant plus de 80 pour cent du marché mondial du cacao. Les programmes de la WCF bénéficient aux exploitants agricoles et à leurs communautés dans les régions de culture du cacao en Afrique, en Asie du Sud-Est, et sur le continent américain. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.worldcocoafoundation.org ou suivez-nous sur Twitter et Facebook.

Related Post